La parole aux habitants

Photos d’avantPhotos du présentLe coin des artistesHistoireGéographie
La météoActivités économiques

Une place de libre expression….. à vos plumes.

Patrick ERARD – Ecrivain                                                                                               Les habitants d’Allons, Les Estubés ?

Les habitants d’Allons se dénomment également « Les Estubés ». Patrick ERARD dans son ouvrage ; Alpineries nous en donne l’explication avec humour :

« Les gens du village d’Allons sont appelés les Estubats, les Estubés, ceux qui respirent la tube, la fumée. La cause de ce surnom date probablement de l’époque où ils s’éclairaient avec du pin gras, un éclat de loupe de pin chargé de résine que l’on posait sur le linteau de la cheminée, chiche en lumière, mais prodigue en fumée noire. Allons n’est d’ailleurs pas le seul village du département dont les habitants sont appelés Estubats ; le pin gras devait avoir d’autres adeptes… »

La dernière épicerie du village – Contribution de Mireille Gilbert

Au milieu du dernier siècle il existait encore 3 épiceries sur le village d’ALLONS :

–          Celle que je tenais avec ma mère, à côté du cercle des poètes disparus,
–          Celle de la place de la Mar Salaou de la famille Cauvin
–          Celle de l’hôtel restaurant de la famille Galfard

Il faut remarquer que l’épicerie de la Mar Salaou proposait également le pain qui était fait sur place dans un four à bois. Et Aussi parfois des habits… !

L’hôtel – restaurant, qui ne désemplissait pas, faisait également office d’épicerie.

Les 3 épiceries fonctionnaient bien jusque l’avènement d’un super marché sur St André Les Alpes ainsi que l’augmentation du nombre de voitures particulières.

J’ai ainsi tenu notre épicerie avec ma mère Marthe jusqu’en 1982. Il faut dire qu’à ce moment là nous ne couvrions même plus nos dépenses. Il était devenu impossible de continuer.

Nous pouvions fonctionner à toutes heures. Même fermé, si un habitant du village venait pour obtenir un article, nous le servions. C’était donc un service à la demande !

–          Alimentation, savon, lessive, jambon, fromage…

Pour nous ravitailler, un commis passait toutes les semaines l’été ou tous les 15 jours l’hiver. Il prenait les commandes et nous étions livrées rapidement.

J’ai aussi le souvenir d’un beau plancher de bois dans notre bouitique et surtout le fait que nôtre épicerie n’était pas chauffée. L’huile figeait mais il n’y avait pas de gel à l’intérieur.

J’ai de la nostalgie de cette période car les épiceries étaient un lieu de rencontre et d’échange.

Cela nous aidait à mieux nous comprendre et à résister aux longues journées d’hiver.

Mireille, née le 26 décembre 1926, est l’ainée d’une fraterie de trois enfants. Nous sommes tous nés dans cette maison. Robert né le 22 mai 1928, qui habite le village, est l’unique garçon.

Mireille et Robert - La doyenne et le doyen

Mireille et Robert – La doyenne et le doyen

Une page d’histoire de notre commune, contribution d’Yves BONNET

Cercle des poètes disparus

Un peu d’histoire…

Le cercle (appelé auparavant la chambrette) était un lieu de rassemblement des hommes du village qui jouaient aux cartes : quadrette, tarot… et buvaient le café pendant que les femmes faisaient la veillée chez elles.

Vers 1850, la vocation laïque des cercles est notoire et pourtant à Allons on y célébrait les baptêmes, mariages fêtes et banquets. Peut être était-ce là une façon d’affirmer un contre pouvoir face à une église qui était trop présente et pesante.

En 1913, le Cercle d’Union Républicaine (C.U.R.) était créé. Les statuts sont affichés à l’intérieur du Cercle Des Poètes Disparus actuel ainsi que l’ardoise sur laquelle était inscrit le nom des sociétaires qui devaient apporter du bois (pour le chauffage).

Le pastis était « fait maison », jusqu’à ce que la loi ne l’interdise, par ma grand-mère Marthe GILBERT qui s’est occupée de l’entretien du Cercle jusqu’à sa fermeture dans les années 1950.

Depuis 1994, j’ai restauré le Cercle avec des amis et nous l’avons baptisé Le Cercle Des Poètes Disparus par son côté « subversif » et parce que beaucoup d’histoires y ont été racontées par de délicieux sociétaires atypiques.

Aujourd’hui le C.D.P.D. est un lieu privé mixte qui abrite des moments de réflexion intenses autour de pizzas et de bonnes bouteilles entre ami(e)s !!!

Yves BONNET

Notre employé communal – Un jeune motivé…

José Manuel GONZALEZ (Manu pour le village) a écrit une petite contribution (suite à notre proposition) pour son arrivée à Allons. Nous le remercions pour ce témoignage qui enrichit notre site sur la vie du village.

JMP

Je me souviens quand j’étais à la recherche d’un emploi. Ma conseillère de la mission locale m’a dit : « Postule pour l’emploi contrat avenir à Allons ».

En arrivant sur le site, je réalisais que je ne connaissais mal Allons car je ne m’y était rendu que très rarement.

Mais je n’ai pas été dépaysé car je viens de Senez, un autre petit village voisin où j’ai grandit.

Après quelques mois de travail, cela me plais beaucoup d’habiter ici. L’accueil a été chaleureux aussi bien le voisinage, tous les Allonsais et mes responsables.

C’est un village calme et rassurant.

Les gros atouts d’Allons, à mon sens, ce sont tous ces chemins, les grands espaces forestiers et les montagnes qui dominent l’horizon. Ceux-ci nous privent hélas également d’un peu de soleil et selon la période les hivers sont plus rudes.

Je suis arrivé le 15 novembre 2013 pour débuter mon emploi en tant qu’employé communal. Ma première grosse préoccupation a été le déneigement.

Tout ce que je fais me plait beaucoup car c’est un métier aux taches polyvalentes. Je peux ainsi acquérir de l’expérience et je me sens utile pour tous les habitants. Je pense avoir trouvé ma place.

Au départ, à l’âge de 15 ans, j’avais décidé de m’orienter dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage en suivant un BEPA CAP (BEP agricole conduite de production animale). En fin de 1ere année de BAC Professionnelle CGEA j’ai stoppé mes études pour travailler mais sans succès.

J’ai suivi un an plus tard un CAP constructeur bois.

Toutes ces formations m’aident également dans mon travail.

Par cette petite contribution j’en profite pour remercier les élus et les habitants pour leur confiance et leur accueil.

Manu

Deux contributions de Patrick MAURIN et Stéphane RAYBAUD

Ces deux contributions sont à consulter dans la rubrique « Notre village et Activités économiques ».