L’affaire du poteau d’Allons

Depuis trois mois, un évènement intrigant pousse la population du village à s’interroger : que se passe-t-il donc avec ce poteau téléphonique brisé ?

Voici les faits :

  • Début Novembre une partie des abonnés au téléphone (hormis ADSL) est privée de ligne pendant plusieurs jours (alors que ce moyen de liaison revêt une importance capitale : dans ce village isolé, en « zone grise »(*), la plupart des habitations n’ont pas accès au réseau portable) ;
  • il est constaté que cette coupure de téléphone provient d’un poteau cassé pour une cause indéterminée ;
  • le poteau est « bricolé » pour une réparation provisoire par le service compétent ;

  • la ligne est rétablie par le service responsable, mais, sur une longueur de 3 portées, tous les câbles et connexions de réparations (scotchlock) sont posés au sol, ils ont supporté 3 mois d’intempéries ;
  • après plusieurs jours d’attente, le poteau n’ayant toujours pas été remplacé, monsieur le Maire se voit contraint d’envoyer un message, le 16 Novembre, via une plate forme dédiée aux communes, à l’entreprise en charge des réparations téléphoniques ;
  • à ce jour malgré un accusé de réception et une promesse d’intervention sans cesse repoussée, le poteau est toujours dans le même état !
  • Ce « bricolage » risque de créer des problèmes de sécurité pour les passants et les véhicules empruntant cette unique route d’accès au village.

Les habitants d’Allons se posent des questions.

Hypothèses farfelues (ou non ?) :

  • Après une durée de 3 mois, l’entreprise en charge des échanges de poteaux téléphoniques n’a-t-elle pas pu trouver le village d’Allons sur la carte ?
  • Dans ce cas voici les coordonnées exactes de ce poteau :                                 43,9767815° de latitude Nord – 6,5909141° de longitude Est
  • Le prix de ces poteaux aurait-il augmenté d’une manière exorbitante, au point que l’entreprise ne soit pas en capacité d’en acheter un nouveau ?
  • Un nouveau règlement contraindrait-il les municipalités à procéder elles-mêmes au remplacement des poteaux cassés ?
  • Ou bien serait-ce aux abonnés de procéder à ces réparations ?
  • La qualité d’entretien des réseaux filaires serait-elle directement proportionnelle à la densité de population ?

 Espérons qu’à l’heure où de grandes agglomérations vont être dotées de la 5 G, il reste encore un tout petit peu d’argent à un important opérateur de téléphonie pour réparer un poteau en bois et 3 portées de câbles dans un petit village.

Jean-Christophe POTTIN

 NOTA :  

(*) JO Sénat du 07/10/2010 – page 2581

« …. Ainsi, dans les communes en zone grise, il n’est pas rare de rencontrer des personnes dont le téléphone mobile est inutilisable car le réseau n’est réceptionné que dans une infime partie du village, avec les conséquences que l’on peut imaginer en termes de désagréments pour la population, de développement et d’attractivité du territoire pour les élus… » 

 

 

Ce contenu a été publié dans Annonce, Evenements, Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.